Attaque du domicile d’Alpha Condé en Guinée: les principaux prévenus échappent à la peine de mort

La Cour d’assise de Conakry a rendu son verdict dans le procès des accusés de l’attaque contre le domicile privé du président Alpha Condé. Deux prévenus ont été condamnés à des peines de prison à perpétuité. Les faits remontent au 19 juillet 2011 et 33 personnes avaient été inculpées. La Cour n’a pas suivi les réquisitions de l’avocat général William Fernandez qui avait requis la peine de mort contre quatre prévenus.

Avec ce verdict, le feuilleton préféré des Guinéens prend fin et se termine avec une liste de condamnation à des peines de prison. Parmi les présumés auteurs de l’attaque du domicile du président guinéen, il y a cinq militaires.

Les commandants Alpha Oumar Boffa Diallo Aob et Jean Guilavogui ont tous les deux étaient condamnés à une peine de prison à perpétuité. Quant à Madame Fatou Badiar Diallou, à Almamy Aguibou Diallo et Mamadou Alpha Diallo, ils écopent de 15 ans de réclusion criminelle.

Des peines plus légères ont été prononcées contre le capitaine Mamadou Adama Mara, Thierno Sadou Diallo et Baba Alimou Barry. Pour ces derniers, la Cour d’assise a annoncé cinq ans de prison ferme. Deux autres responsables poursuivent leur détention préventive avec une année supplémentaire car ils ont été condamnés à trois ans de prison ferme.

Les charges retenues contre l’ensemble des inculpés allaient de la tentative d’assassinat sur la personne du chef de l’Etat à la détention d’arme

Dix-sept personnes relaxées

Le commandant Aboubacar Sidiki Camara dit De Gaul, ancien aide de camp du général Sekouba Kounaté, poursuivi pour détention et consommation de chanvre indien, a été condamné à deux ans de prison ferme, couvrant largement sa détention préventive.

Les plus chanceux sont au nombre de dix-sept, des civils et des militaires, dont le colonel Mohamed Sow, Boubacar Algassimou Barry, Samba Oury Diamankan, le capitaine Abdoulaye Diallo et Cherif Baldé, ainsi qu’un activiste politique, Alpha Saliou Wann, qui ont bénéficié d’une relaxe pure et simple.

Ce verdict est tombé au bout de 17 heures de délibérés par la Cour d’assises de Conakry. Les condamnés ont la possibilité, dans les dix jours, de se pourvoir en cassation.

Les faits remontent au 19 juillet 2011. Le domicile du président guinéen Alpha Condé, situé dans le quartier chic et résidentiel de Kipé, dans la banlieue nord de Conakry, avait été attaqué dans la nuit entre trois heures et cinq heures du matin. Des tirs d’armes de guerre avaient détruit une partie de la maison.

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :