Crise de l’Education au Sénégal: Les élèves brillent e

Crise de l’Education au Sénégal: Les élèves brillent en lutte et danse …

Depuis quelques années, l’école est confrontée à unecrise interminable. Tantôt ce sont les potaches qui tournent le dos à l’école, tantôt ce sont les instituteurs qui boudent la craie. De ce fait, l’école ne forme plus beaucoup d’intellectuels. A la place, les élèves veulent devenir des lutteurs et danseurs. Un véritable problème de société se pose.

 

L’enseignement au Sénégal est en perte de vitesse. Le constat est amer, mais il en est ainsi. Le Sénégal s’est toujours signalé au monde par la qualité de ses intellectuels. Notre pays avait des ressources humaines enviées du fait de leur compétence prouvée dans différentes organisations à travers le monde. Hélas. Au fil des années, le niveau des éléves s’effrite. Et, ils sont peu nombreux à faire de longues études du fait de grèves interminables. Si ce ne sont pas les potaches qui boudent les salles de classe, ce sont les enseignants qui réclament de meilleures conditions de travail.

Le quantum horaire nécessaire pour valider l’année n’est plus respecté. Malgré tout, des examens sont organisés avec leur lot d’échecs. Ce nombre important va se tourner du côté de la danse et de la lutte selon que l’on est garçons ou filles. Interrogés, Moussa Diané soutient que l’école ne forme aujourd’hui que des chômeurs. « Du temps de nos parents, après le BFEM, tu pouvais prétendre à un bon travail, mais au vu de la conjoncture actuelle, difficiles sont les bacheliers qui peuvent trouver du boulot et gagner honnêtement leur vie », affirme-t-il. Thiané Guèye croit que tous les moyens sont bons pour gagner licitement de l’argent. « Lorsque tu fais des études ou apprends à danser, l’objectif est le même : gagner de l’argent. Puisque l’école n’offre plus beaucoup de possibilités, mieux vaut se lancer très tôt dans le métier de la danse pour survenir à ses besoins » constate-t-elle. Tout compte fait, les études ne trouvent plus preneur du côté des jeunes. Quant aux parents, ils sont pris entre le marteau de voir leurs enfants faire de longues études et l’enclume du gain.

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :