Microsoft, Apple, Amazon et Google : la folle semaine des tablettes

Les lancements qui vont se multiplier d’ici à la fin du mois d’octobre signent le début d’un nouveau rapport de force informatique. Western en vue

Moins 10 % en une séance. La chute de Google au Nasdaq le 19 octobre ne vient pas seulement d’une fuite de ses résultats quelques heures avant leur annonce officielle, mais bien d’une déception liée à ces derniers. Google, qui totalise quelque trois milliards de recherches chaque jour, continue certes d’afficher de solides bénéfices, mais le moteur de recherche commence à montrer des signes de faiblesse. Selon Forrester Research, 30 % des acheteurs en ligne aux États-Unis commencent par chercher des informations sur un prochain achat sur Amazon, contre 13 % sur Google. Il y a deux ans, Amazon était à l’origine de 18 % des achats en ligne, contre 24 % pour Google… Est-ce la fin des haricots pour le moteur de recherche californien ?

Ce dernier se lance dans un tas de métiers, de la voiture sans conducteur aux lunettes multimédias. Pourtant, la révolution copernicienne qui attend Google est ailleurs. La consultation « classique » d’Internet sur ordinateur laisse de plus en plus la place à l’achat d’applications que l’on visite depuis son mobile ou sur une tablette. Bref, Google, qui a régné sur Internet durant tant d’années au point de devenir la page d’accueil de six ordinateurs sur dix, ne sera peut-être plus le roi du monde en ligne de demain. Même Larry Page, cofondateur et numéro un de l’entreprise, a reconnu tout le chemin qu’il reste à parcourir : « Nous passons d’un modèle à un écran à un modèle pluriécran. Cela signifie pour Google d’énormes opportunités d’innover et de monétiser encore davantage, un peu comme la recherche en 2000. »

Apple contre le reste du monde

D’où l’importance du match de tablettes qui s’annonce. Apple devrait annoncer le lancement d’un mini-iPad le 23 octobre. D’après le Wall Street Journal, qui cite des sous-traitants asiatiques, Apple aimerait en écouler 10 millions avant la fin de l’année. Microsoft, qui jusqu’ici s’appuyait sur ses partenaires, joue gros avec le lancement de Surface, sa propre tablette. Cette dernière, qui s’appuiera sur un écran de 10,8 pouces (c’est davantage que l’iPad et ses 9,7 pouces), fonctionnera sur Windows 8, le nouveau système d’exploitation de la firme de Seattle, et devrait être disponible en France à partir du 26 octobre. Quant à Amazon, il va rendre accessible en France sa Kindle Fire HD le 25 octobre. Enfin, Google a convoqué des journalistes à une conférence de presse le 29 octobre à New York. Qu’est-ce que dévoilera le moteur de recherche, qui a d’ores et déjà lancé sa propre tablette, la Nexus 7, dont la taille (7 pouces) et le prix (à partir de 199 euros) s’apparentent à ceux du Kindle Fire ? La surprise devra être au rendez-vous pour montrer que le site de Mountain View est toujours en vogue.

Libération

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :