Romaric: « Les Sénégalais sont capables de tout »

Romaric: « Les Sénégalais sont capables de tout »

A 30 ans, Romaric Koffi Ndri a décidé de revenir jouer en France après cinq saisons en Espagne. Le milieu de terrain a facilement trouvé ses marques au SC Bastia. Pour RFI, l’Ivoirien évoque la Ligue 1, le Mans FC, Zlatan Ibrahimovic, Yaya Touré, le racisme dans le football, la Coupe du monde 2014 et le match de barrage retour face au Sénégal du 16 novembre.

RFI : Romaric Koffi Ndri, revenir jouer en France, après cinq saisons passées en Espagne, était-ce une priorité ?

Romaric Koffi Ndri : Oui, je n’avais pas envie de repartir pour une nouvelle aventure. Je connaissais déjà le championnat de France, même si la Ligue 1 a encore progressé et que c’est désormais un des meilleurs championnats au monde.

Il y a cinq ans, vous jouiez au Mans FC. Que ressentez-vous en voyant votre ancien club en plein naufrage (1) ?

De la rage et de la douleur. Je pense que le Mans pouvait mieux faire que se retrouver dans cette situation… C’est un club qui a fait parler de lui avant, mais qui est en train de s’éteindre. C’est vraiment triste. J’espère que les futurs repreneurs du club sauront faire ce qu’il faut pour que ce club retrouve l’élite.

Vous voilà à Bastia. Comment s’est passé votre adaptation au SCB ?

J’ai eu la chance de tomber sur un entraîneur que je connaissais déjà (Frédéric Hantz qui a été son coach au Mans, Ndlr). Il m’a permis de m’intégrer facilement au groupe. J’ai aussi joué avec Sébastien Squillaci (au FC Séville). Je connais aussi Drissa Diakité. Donc, l’adaptation s’est fait assez facilement. En plus, le groupe bastiais est assez jeune. C’est un super groupe et ça se ressent quand on joue à domicile.

Bastia reste sur une défaite 4-0 face au PSG. Le SCB avait notamment encaissé deux buts de Zlatan Ibrahimovic. Peut-il être élu Ballon d’Or ?

Je pense qu’il sera parmi les candidats. Après, gagner, je ne pense pas. Des joueurs comme Franck Ribéry ont tout gagné la saison passée. Et puis il y a toujours des joueurs comme Lionel Messi ou Cristiano Ronaldo. Mais Zlatan est vraiment dans une bonne phase où tout lui réussit. […]

Côté Afrique, votre compatriote Yaya Touré va-t-il être élu joueur africain de l’année pour la troisième fois de suite ?

Il est en avance. Il fait une grosse saison. Il est forme avec Manchester City et avec l’équipe de Côte d’Ivoire. Je ne serais pas surpris s’il soit élu, parce qu’il fait une grosse saison et parce qu’il le mérite.

Yaya Toura affirme qu’il a été victime de cris de singes lors d’un match de Ligue des champions en Russie, face au CSKA Moscou. Est-ce que vous avez déjà souffert de racisme de la part de supporters ?

Non, je n’ai pas encore vécu ça. Sur le terrain, j’ai du mal à faire attention aux cris, à part si c’est abusé (sic). Ceux qui crient comme ça n’ont rien compris. Et c’est triste pour ceux qui subissent ça. Malheureusement, il y a toujours des imbéciles pour pointer du doigt une couleur.

Pourtant, même chez nous en Côte d’Ivoire, il y a des blancs. Dans chaque culture, il y a d’autres cultures et couleurs qui s’installent. Il faut savoir respecter tout le monde. On a tous besoin des uns et des autres pour faire avancer un pays.

C’est d’autant plus triste de vivre6061e2763c94beba017c462811ca90d9

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :