Syrie : Obama et Cameron accordent leurs violons

Le président américain Barack Obama et le premier ministre britannique David Cameron ont estimé samedi 24 août que « l’utilisation conséquente d’armes chimiques (en Syrie) mériterait une réponse sérieuse de la communauté internationale », selon le porte parole du 10 Downing Street. « Ils sont tous les deux très préoccupés par l’assaut qui a eu lieu mercredi à Damas », a-t-il ajouté.

Pendant leur conversation téléphonique d’une quarantaine de minutes, les deux responsables occidentaux ont souligné de plus en plus d’éléments attestaient de l’usage d’armes chimiques lors de l’attaque du milieu de semaine dans le faubourgs de la capitale syrienne, écrit The Guardian. L’assaut aurait fait entre 500 et 1 000 morts, selon l’opposition.

Washington a précisé que Barack Obama et David Cameron sont convenus de seconsulter concernant les « possibilités de riposte ». Divers scénarios ont été présentée samedi au président américain, lors d’une réunion à la Maison blanche avec ses conseillers à la sécurité nationale. Le détail de ces options n’a pas filtré, de même que la date d’une décision éventuelle de Barack Obama.

KERRY À L’OFFENSIVE

Un responsable du département d’Etat a par ailleurs fait savoir que John Kerry, s’était entretenu jeudi de manière exceptionnelle avec son homologue syrien Walid Al-Moualem à propos de l’attaque. Le « régime syrien, s’il n’avait rien à cacher, aurait dû autoriser un accès immédiat et sans entrave au site » concerné près de Damas, a déclaré secrétaire d’Etat à son interlocuteur. Au lieu de cela, il a« continué d’attaquer la région affectée » pour en « bloquer l’accès et détruire les preuves », a accusé le chef de la diplomatie américaine.

Les Etats-Unis et la Syrie n’ont pas formellement rompu leurs relations diplomatiques, mais Washington a fermé son ambassade à Damas et rapatrié il y a 18 mois son ambassadeur Robert Ford, lequel travaille avec l’opposition syrienne. John Kerry a « souligné auprès de M. Moualem avoir reçu les assurances complètes des commandants de l’Armée syrienne libre (la rébellion) qu’ils assureraient la sécurité d’enquêteurs de l’ONU dans la zone concernée ».

RÉUNION EN JORDANIE

Le Pentagone a indiqué de son côté qu’il s’apprétait à renforcer la présence de l’US Navy en Méditerranée en raison des derniers développements de la situation en Syrie. La marine américaine disposera ainsi de quatre destroyers dans la région, soit un de plus que prévu, mais, souligne-t-on à Washington, elle n’a reçu aucun ordre d’intervention à ce jour.

Plusieurs sources ont par ailleurs annoncé samedi que les chefs d’état-major de différents grands pays occidentaux, dont les Etats-Unis, et du Proche-Orientdevaient se réunir dans les tout prochains jours en Jordanie pour évoquer la situation en Syrie.3466075_3_dba2_des-militants-de-l-armee-syrienne-libre-a_7202b31fb97e4e23d8aca9021c6243e5

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :