Un jeune musicien s’attaque au « Thiakhagoun », « Youza » et « Tak cii ripp » …

Aladji Soryba Kouyaté n’y est pas allé de main morte pour diagnostiquer les maux qui gangrènent la musique sénégalais. A en croire le jeune chanteur, les artistes ne font qu’amuser la galerie et oublient le coté moral de la musique.

c9b5d3bff986b9872072f4e9ce119422
La musique sénégalaise est malade. C’est l’avis du jeune chanteur Aladji Soryba Kouyaté. Selon ce dernier, si la musique a perdu son lustre d’antan, ce n’est pas à cause de la piraterie. Loin de là ! « J’entends souvent les artistes se plaindre de cela, alors que le problème fondamental demeure les thèmes abordés dans leurs chansons », lâche le chanteur qui croit savoir que ceux qui ont un pouvoir d’achat n’écoutent pas des chansons où on parle de « Thiakhagounn », de « Youza » ou « Tak ci ripp ». « Ils ne se sentent pas concernés par les chansons qui des artistes qui ne font qu’amuser la galerie, tympaniser les gens avec leur grabuge, plutôt que de porter des messages positifs », martèle Soryba. Qui peut être sûr qu’en faisant cette sortie dans l’Obs de ce samedi, il s’est mis à dos ses ainés…Mais ce Soryba-là, n’en a cure ! « Je dis les choses comme je les pense », se défend-il.

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :